17 avril 2012

Parce que parfois il n'y a pas le choix.

Je n'étais pas partie ce matin sur l'idée de faire un post sur l'accouchement. D'autant que pour moi raconter une naissance reste intime.

Mais voilà en surfant je tombe sur le post d'un papa racontant la naissance de sa petite fille à la maison.

De plus en plus on parle de ces naissances à domicile, je n'ai rien contre chacun fait ces choix.

Ce qui me gène ce sont ces insinuations sur les naissances à l'hôpital " trop médicalisée" " pas assez de liberté" "on empêche les femmes de gérer" " les femmes ne savent plus faire avec leur corps" " la douleur cela se gère", "il n'y a rien de plus naturel"...

Un peu de la  même manière on " culpabilise" les femmes de ne pas allaiter.

Je ne dis pas ça au hasard, je l'ai vécu lors d'une visite chez une sage femme qui me demandait si je souhaitais allaiter. Quand j'ai répondu non sa réponse a été que je ne donnais pas toutes les chances à mon enfant dès le début ( sic!!).

Bref revenons en aux accouchements.

J'ai donné naissance à mes 4 enfants dans des maternités, différentes à chaque fois.

J'ai eu à chaque fois des césariennes, et certainement pas par confort!

Une femme m'a un jour demandé si je ne culpabilisais pas de n'avoir pas fait naître mes

enfants normalement, tout ça pour ne pas avoir mal.

Je lui ai répondu que mes enfants étaient vivants et moi aussi ce qui n'aurait certainement

pas été le cas il y a 50 ans.

J'ai eu des accouchements médicalisés,ils m'ont sauvé la vie et pour les jumeaux ils leurs ont sauvé la vie.

Je n'ai jamais culpabilisé d'avoir eu des césariennes, le contact avec mes enfants c'est fait immédiatement.

Mon mari n'a pas vu naître les deux premiers ce qui ne l'a pas empêché d'être un vrai papa de suite.

Il été là pour les jumeaux. L'équipe médicale qui les a mis au monde a été géniale, nous avons pu le toucher, les embrasser.

Encore une fois je n'ai rien contre les naissances sans péridurale, à la maison ou autre. Je veux juste rappeler que malgré tout les accouchements à l'hopital sauvent chaque année des centaines de femmes.

Et même si il n'y a rien de plus naturel que de mettre un enfant au monde, je vous rappelle que dans beaucoup de pays à travers le monde cela reste la première cause de mortalité chez les femmes.

Demandons nous si ces femmes là ne souhaiteraient pas avoir des hopitaux et des équipes médicales tel que les notres pour vivre des naissances sereines.

Nous vivons dans notre bulle dans notre petit confort, en le critiquant, en en regardant les limites et les mauvais côtés.

Mais n'oublions pas que tout près de nous à quelques heures d'avion des hommes et des femmes nous regardent et se disent que décidemment nous ne sommes que des enfants gâtés!

Voilà c'était mon petit coup de gueule du matin, pas bien grave et certainement dans le vide!

 

Posté par Victoire4 à 10:03 - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,


Commentaires sur Parce que parfois il n'y a pas le choix.

    Pas si dans le vide que cela le coup de gueule ! Je suis d'accord avec toi on culpabilise beaucoup les femmes qui ne veulent pas allaiter, il y a un espèce de retour aux sources qui est prôné en matière d'accouchement alors que bien souvent le fait d'accoucher sauve la vie de la mère et/ou de l'enfant.
    Merci pour ton article.
    Elisabeth

    Posté par Elisabeth, 17 avril 2012 à 11:23 | | Répondre
  • Euh d'accoucher en clinique ou hôpital bien sûr;

    Posté par Elisabeth, 17 avril 2012 à 11:23 | | Répondre
  • Pas dans le vide, non...

    Je me permets d'intervenir, étant allaitante longue durée, ayant accouché à la maison, et ayant fait ce choix, effectivement de "retour aux sources".

    Si nous sommes si revendicatrices de nos "choix", c'est bien qu'il y ait un soucis quelque part...

    Le premier commentaire, et même dans ton article, le "sans les médecins vous serez mortes", nous tombe dessus à chaque coin de rue (ou à chaque fois que nous parlons de nos choix).

    J'ai eu un premier accouchement à l'hôpital, dans un pays où je n'avais pas le droit de choisir. Où on m'a imposé comment accoucher, où on voulait m'imposer la césarienne d'office, alors que rien n'entravait à une naissance par voie basse (qui a pu se faire par voie basse, parce que j'ai gueulé...).

    Alors se taire, et se murer sous pretexte qu'on crève pas, je ne suis pas d'accord. Si on doit crever, on crèvera, et si la nature nous fait crever, c'est qu'il y a lieu de crever.

    Le problème si on se tait et qu'on ne dénonce pas les injustices faites aux futures mamans, c'est qu'on risque de s'abandonner totalement à des gens qui se sentent supérieurs et prennent une place au-dessus de celle qui leur revient de par leurs études et leurs métiers...

    Et c'est vraiment pour ça qu'on se bat, et qu'on ouvre notre bouche.

    Pas pour culpabiliser les femmes qui se sentent plus à l'aise d'accoucher entourées de professionnels, car elles sont plus rassurées ainsi. LOIN DE LA!

    Mais autant vous pouvez admettre que vous vous sentiez mieux, dans un endroit médicaliser, alors admettez que pour d'autres, elles se sentent mieux ailleurs... Pourquoi est-ce qu'on devrait forcément toutes être pareilles au même endroit??

    Et pour que le choix se fasse vraiment par choix, ouvrons la

    Posté par TM Salwa, 19 avril 2012 à 15:51 | | Répondre
  • Et si chacun, chacune, s'occupait un peu de ses affaires et pas de ce que fait la voisine ?!?!? Pourquoi, comment, etc... surtout lorsque cela touche l'intimité même de la personne, du couple, de la famille !
    MORT AUX CONS !
    Vouiiiiiiiiiiiii, suis aussi un peu remontée mouâ aussi

    Posté par Esquise, 03 mai 2012 à 17:22 | | Répondre
  • J'invite toutes les femmes qui veulent du naturel, à venir voir 1 fois dans leur vie une hémorragie de la délivrance, une dystocie des épaules et à écouter les bruits du coeur du bébé qui se calent sur le notre. Je les défie de trouver cela sans risque et d'en sortir indemne.
    Je rappelle aussi qu'en France, les sages-femmes ne sont pas assurées pour les accouchement à domicile.
    Enfin, n'oubliez pas qu'entre la vie et la mort la ligne est très fine et que pour la grossesse et l'accouchement il ne s'agit pas d'une personne mais de 2 et pas d'un adulte mais d'une famille.
    Pour finir, je pense qu'au XXIè siècle en France, chacune a les moyens de se rensigner sur le type et les pratiques dse maternités et qu'on peut accoucher "comme on veut" en sécurité.
    Une sage-femme.

    Posté par macadam&macarons, 06 mai 2012 à 21:46 | | Répondre
  • nan mais lol quoi...

    Posté par TM Salwa, 06 mai 2012 à 22:32 | | Répondre
  • Quand même pour meubler un peu mon précédent commentaire, j'ai juste envie de dire : parler ainsi de l'AAD, c'est bien prouver que c'est TRES MAL le connaître

    J'ai vécu du naturel par deux fois et je n'ai pas eu "de la chance"...

    Posté par TM Salwa, 06 mai 2012 à 23:10 | | Répondre
  • Bravo moi je dis merci à l'hopital car je ne serais plus pas pour en parler et ma première non plus , et quand j'ai perdu un bb à 4 mois de grossesse , l'hémorragie m'aurait été fatale et aurait fait 2 orphelins .
    Alors le post baba 68 huitard ras le bol car ils sont bien contents d'avoir le Samu quand ça tourne au vinaigre !
    Moi je dis merci aux médecins qui m'ont sauvé ainsi que ma fille !

    Posté par Bleuhortensia, 22 mai 2012 à 22:19 | | Répondre
  • Ah oui j'oubliais pour faire taire certaines j'ai allaite mes enfants très très longtemps mais je n'ai jamais culpabilise une femme ni dans un sens ni dans l'autre . Et la c'est la professionnelle de santé qui parle

    Posté par Bleuhortensia, 22 mai 2012 à 22:22 | | Répondre
  • entièrement d'accord avec toi. j'admire les femmes qui accouchent à domicile, celles qui allaitent mais je ne les envie absolument pas. pour avoir perdu un premier à quelques jours de la naissance, un accouchement ultra médicalisé me rassure, plus nous (le futur bébé et moi) sommes branchés, plus il y a de personnels compétents autour de moi, plus il y a d'échos ou de dopplers, plus je suis rassurée. quant à l'allaitement, mes grossesses sont de telles sources d'angoisse que je préfère retrouver mon corps d'avant au plus vite. OK je suis un cas, certes mais je déteste qu'on me donne des leçons quant à l'allaitement, du style je suis inconsciente de ne pas "nourrir" mon enfant,( oui, je ne le nourris pas je le laisse crever de faim... non mais !) et au nombre de visites chez mon obstétricien ou à la maternité. heureusement, je suis toujours entourée par d'excellents professionnels qui ont compris mes angoisses et ne se permettent pas de me juger. et oui, la frontière entre la vie et la mort est très mince, alors ne soyons pas border line si on ne le sent pas !

    Posté par Sophie, 10 juin 2012 à 14:31 | | Répondre
Nouveau commentaire